Cette semaine, WHOMAG s’intéresse à la très célèbre marque espagnole BALENCIAGA. Véritable phénomène et favoris des millennials, nous allons aujourd’hui décrypter comment Balenciaga est devenue un emblème auprès des millennials au niveau mondial.

Fondée en 1917 par le couturier de la famille royale espagnole Cristobal Balenciaga, la maison de mode centenaire est passée par de nombreux rebondissements. Cristobal Balenciaga s’installe dans les années 30 à Paris, et devient progressivement le « couturier des couturiers ». Admiré par les plus grands, Gabrielle Chanel, Hubert de Givenchy ou encore Christian Dior s’accordent à le surnommer « notre maître à tous ».

“il est le seul couturier existant, tous les autres ne sont que de simples dessinateurs de mode.”

Gabrielle CHANEL

À travers sa marque homonyme Balenciaga, le créateur affine son style et imagine des créations sculpturales en y mélangeant sobriété, couleurs et sa culture hispanique. Il développera dans les années 50 ses créations les plus remarquées : la Robe Baby Doll, la Robe Sac ou encore la Veste Ballon et ira même jusqu’à développer deux nouveaux textiles : le Cracknyl ainsi que le Gazar. Ses créations sont dès lors mises en scène sur des célébrités médiatiques telles que Grace Kelly et Ava Gardner. 

En 1968, Cristobal Balenciaga décide de se retirer du monde de la mode et décède en 1972.

Ce n’est qu’en 1986 que Balenciaga est relancée par ses neveux qui y mettent aux commandes artistiques Michel Goma.

En 1997, le très célèbre français Nicolas Ghesquière, désormais directeur artistique de la maison Saint Laurent, devient le directeur artistique de la maison. Le designer y crée le tout premier it-bag de la maison de luxe : le Motorcycle. Nicolas Ghesquière s’imprègne des valeurs de la marque en y conservant sa sobriété emblématique, et contribue à une hausse des ventes de 17% dans les années 2000.

Balenciaga rejoint les marques Bottega Veneta, Saint Laurent et Boucheron au sein du groupe Gucci/PPR et revient ainsi sur le podium des maisons de luxe phares dans le monde de la mode.

En 2012, l’arrivée aux commandes artistiques d’Alexander Wang marque un temps fort pour la maison. Le créateur s’applique à régulièrement rendre hommage au fondateur de la marque dans ses créations et dans ses défilés.

C’est en 2015 que Balenciaga connaîtra le début de son apogée auprès de la culture des millennials en confiant sa direction artistique au créateur de mode géorgien Demna Gvasalia, également fondateur et directeur artistique de la marque de streetwear de luxe Vêtements. L’arrivée du designer marque la fin du classicisme pour la maison espagnole, qui ose casser les codes et explorer de nouveaux univers plus futuristes et bold.

Demna Gvasalia initie la marque à l’art de la démesure et crée l’incontournable sneakers Triple S, nommée basket de luxe la plus vendue dans le monde en 2019. Avec 8 centimètres de plateforme, la Triple S devient la dad shoes la plus en vogue de par son côté bold et street assumé.

Demna Gvasalia continue sur sa lancée et travaille continuellement sur l’aspect de la démesure pour Balenciaga. Il fait de ses défilés de véritables spectacles d’immersion dans des univers apocalyptiques de par les décors futuristes ainsi que par les créations toujours plus structurées et futuristes.

Balenciaga cultive également à merveille son image raw et décalée et notamment à travers sa publicité, qu’elle soit digitale ou d’affichage. La maison parvient à créer des visuels marquants et propres à la marque. 

La maison de mode Balenciaga est ainsi aujourd’hui reconnue comme l’une des marques emblématiques et préférées des millennials grâce à son style singulier et assumé. Balenciaga est un emblème certain auprès des millennials et la maison est bien sur devenue un exemple et une réelle inspiration pour d’autres créateurs de mode comme  la londonnienne Martine Rose.