Tinker Linn Hatfield, Jr., est né le 30 avril 1952 à Hillsboro, Oregon. Il est un concepteur américain de nombreux modèles de chaussures de sport Nike, dont les premières chaussures de “cross training” au monde. Hatfield supervise la « cuisine de l’innovation » de Nike. Il est vice-président de Nike pour la conception et les projets spéciaux. Pour ses nombreux designs innovants et ses nombreuses créations sur plus de trois décennies, Hatfield est considéré comme une légende du design.

Hatfield a rejoint Nike en 1981 et, en 1985, a commencé à travailler sur la conception de chaussures. Il s’est rendu compte que ses compétences architecturales pouvaient être appliquées aux chaussures. Hatfield a également été publié pour la conception architecturale de sa maison de Portland, en Oregon. Il prétend avoir conçu le cross-trainer comme une chaussure “multisports” quand il a réalisé que les gens de son gymnase de l’Oregon avaient amené diverses baskets avec eux pour diverses activités telles que le basket-ball, l’aérobic, l’haltérophilie et le jogging. En 1987, Tinker Hatfield a conçu la chaussure de course Air Max 1 après avoir visité le Centre Georges Pompidou.

1987 La air Max one

Hatfield est en voyage à Paris, il visite le Centre Georges-Pompidou, qui devient sa source d’inspiration, fasciné par les transparences de l’architecture. C’est là que la technologie Air-Sole va naître. La Air Max One voit le jour. Au départ pas très apprécié des équipes Nike, le designer finit par imposer son invention. Ce qui n’était pas plus mal car cela va permettre à la marque de se construire une forte identité autour de la bulle d’air.

Michael Jordan : Une collaboration extraordinaire

Hatfield s’associe à l’étoile montante du basketball, Michael Jordan, mais qui fais une énorme chute avec la Air Jordan II, le joueur songe à quitter Nike. C’est là que fut créée la Air Jordan III, la première à mi-hauteur, mais également le logo Jumpan par Tinker Hatfield lui-même. C’est à ce moment la grande collaboration commence car le designer travaillera sur toutes les Air Jordan à l’exception de la XVI, XVII, XVIII, et XIX, ce lui vaudra un retour très attendu sur la Air Jordan XX.

Quelques année puis deux Air Jordans dans son contrat, Michael Jordan n’était pas vraiment content. Il songé à un départ de la marque de l’oregon pour rejoindre l’équipe Adidas et même d’une tentative ratée de Peter Moore, concepteur de l’Air Jordan 1 devenue adidas-exec. C’est à cette époque que Nike a fait appel au fabricant de différences, au changeur de jeu, au concepteur légendaire, Tinker Hatfield.

La rencontre avec le Jumpman

Tinker a adopté une approche différente de la conception. L’un de ses premiers designs emblématiques était un entraîneur polyvalent. Littéralement une chaussure qui ne rentre dans aucune catégorie, appelé cross-training. De nouvelles approches de conception sont venues de bien des façons à l’Air Jordan III. Tout a commencé avec la toute première chaussure de basket-ball mi-haute. Nike n’avait plus besoin de produire une chaussure haute et basse pour la franchise Air Jordan – il n’y en avait qu’une. Un autre aspect distinctif de l’Air Jordan III était l’appel de Tinker à l’amorti Air de l’Air Jordan avec une unité de talon exposée. Enfin, l’Air Jordan III a présenté au monde le logo Jumpman sur la langue pour que le monde entier puisse le voir.

Le futur avec la Mag

Il est également auteur de la conception de l’avion de chasse de la basket. Une chaussure qu’on lui a demandé de design pour la célèbre trilogie de retour vers le futur. Une chaussure haute de type basketball comme à l’époque les jeunes américains portés mais doté d’une technologie auto lassantes avec un bruit si particulier et fascinant. Le design de cette chaussure est-elle que pour l’époque elle paraît futuriste elle sort pour la première fois une dizaine d’exemplaires à la sortie du film et aujourd’hui celle-ci peut se vendre plusieurs centaines de milliers d’euros. Encore aujourd’hui les chaussures auto lassante nous font rêver c’est pour cela que Nike a décidé de continuer sur la lancée toujours en faisant appel à Tinker Hatfield pour une création grand public ce moment-là hyper adapt. Celle-ci n’a pas énormément fonctionné car le confort n’était pas à la hauteur du produit. Mais pour autant il a su donner l’impression qu’une paire de chaussure pouvait être une réelle figurante dans un film hollywoodien.