Retour sur les pas de Martine Rose, la londonienne qui contribue à la popularisation du luxe dans la mode à travers sa carrière.

Née dans les années 80, Martine Rose a grandi dans le sud de Londres et a donc grandi au milieu dans un melting pot de différentes cultures, où le reggae et le rave étaient à leur apogée. Elle grandit auprès de sa grande soeur Michelle et de ses cousins, qui l’inspiraient déjà en portant du Gaultier, Nike, Hamnett et des pièces excentriques de chez Pam Hogg. La créatrice affirme d’ailleurs qu’une des raisons pour lesquelles elle est aujourd’hui dans la mode est sa soeur.

En 2002, Martine Rose est diplômée de la Middlesex University, et crée par la suite sa première marque de t-shirts “LMNOP” aux cotés de Tamara Rothstein qui prend fin en 2005.

Demna Gvasalia l’invite à devenir consultante en prêt-à-porter Homme pour Balenciaga, dont il est le directeur artistique, lors de leur rencontre à Paris. Elle accepte alors de revigorer la marque espagnole et devient l’amie du créateur. Ce poste est pour elle son premier job stable, mais pour faire éclore pleinement sa vision de la mode, Martine Rose crée en parallèle sa marque homonyme “Martine Rose” en 2007. La marque design premièrement des chemises et s’étend à la création de tenues entières.

Il est évident que Martine Rose est loin des critères de beauté actuels, ce qui est intentionnel. La créatrice imagine les vêtements qu’elle porterait elle-même, des vêtements larges, des associations de matières surprenantes qui créent l’effet de l’élégance accidentelle. Sa marque est étroitement liée avec sa personnalité, sa culture et ses inspirations initiales. Elle organise ses défilés dans des cul-de-sac londoniens et fait appel à des mannequins aux mensurations différentes les uns des autres, toujours dans le but de représenter la culture sud-londonienne. Le style qu’arbore Martine Rose, à la fois sexualisé mais délibérément ordinaire, plait aux géants du streetwear.

En 2018, Nike et Martine Rose s’associe et créent une collection de tracksuits et de maillots de foot, et la marque américaine permet à la créatrice de retravailler une paire de baskets : la Nike Monarch, la dad shoe iconique de la classe moyenne. Les pièces de cette collaboration sont très inspirées des années 90, mais aussi épurées et c’est ainsi que l’on comprend sa philosophie de “rendre l’ordinaire extraordinaire”.

Enfin, la créatrice s’associe par la suite avec la marque d’outdoor italienne Napapijri, en élaborant une collection capsule de vestes, pulls et pantalons oversized, fluo et rétros.

La fin de la décennie est marquante pour la créatrice. Elle est nominée à l’ANDAM Fashion Award, et pour le prix LVMH en 2017, et est nominée au BFC’s British Designer of the Year for menswear en 2018.

Martine Rose incarne parfaitement la popularisation du luxe dans la mode et est une artiste qui reste à suivre.